Créez un forum Gratuit >


Mois de l’autisme - Tirer avantage des aptitudes au travail

Mois de l’autisme - Tirer avantage des aptitudes au travail

Messagepar peter62 sur 16 Avr 2013, 08:56

Mois de l’autisme - Tirer avantage des aptitudes au travail des personnes autistes

C’est après avoir constaté les aptitudes de son fils autiste, en matière de prévision mathématique et en ce qui a trait à la mémoire photographique, que Thorkil Sonne a fondé au Danemark la compagnieSpecialisterne, en 2003. Specialisterne, qui a depuis fait des petits un peu partout dans le monde, vise précisément à exploiter les forces des personnes autistes pour les insérer au monde de l’emploi, entre autres dans le domaine de l’informatique.

Très bientôt, une entreprise canadienne, à Calgary celle-là, suivra l’exemple deSpecialisterne. Sous le nom de With Precision, cette entreprise sociale vise l’employabilité des personnes autistiques au-delà du monde de l’informatique.

« L’une des forces de personnes autistes, même si ce n’est pas le cas de toutes, c’est qu’elles ont de grandes habiletés à traiter les détails avec beaucoup de précision », dit Russ Peardon, qui travaille à la mise sur pied de With Precision. Ces qualités peuvent être d’une grande utilité dans le domaine de la santé ou dans l’industrie du pétrole, dit-il, où les employés peuvent être tenus de transcrire une masse de renseignements.

Employabilité

L’employabilité des personnes autistes, c’est le combat que mène depuis huit ans, plus près de nous, l’organisme À l’emploi, qui s’est spécialisé en la matière et qui fait partie du groupe Action main d’oeuvre. Pour Martin Prévost, coordonnateur de l’organisme, il ne faut cependant pas catégoriser les autistes, qui présentent tous des particularités différentes.

« Par exemple, des personnes autistes très scolarisées peuvent avoir plus de difficulté à s’intégrer à l’emploi qu’une personne moins scolarisée », dit-il. Malgré des aptitudes certaines, les personnes autistes sont, parmi les personnes handicapées, celles qui sont le plus en butte à la discrimination sur le marché du travail, selon lui. « Régulièrement, les personnes autistes sont rejetées du marché du travail, parce qu’on ne sait pas comment fonctionner avec elles », explique-t-il. Généralement, les personnes autistes éprouvent des difficultés de socialisation. « C’est comme si elles vivaient dans un monde où elles ne comprennent pas tout et qui ne les comprend pas toujours. »

Acuité phénoménale

Par exemple, l’organisme À l’emploi accompagne régulièrement des personnes autistes en entrevue d’embauche. « Les employeurs ont alors le réflexe de penser : s’il ne peut pas venir seul à son entrevue, il ne sera jamais capable de faire le travail », relève Martin Prévost. Or, c’est plutôt que les personnes autistes ont de la difficulté à interpréter certaines questions et à repérer les doubles sens ou les sous-entendus. Si une personne lui demande : « Où vous voyez-vous dans cinq ans ? », une personne autiste pourrait répondre « À Saint-Chrysostome », parce qu’il va chaque année chez sa grand-mère à cette date-là, explique Martin Prévost. Si on lui demande pourquoi on devrait l’embaucher lui, plutôt que les autres, il peut aussi répondre qu’il n’en a aucune idée parce qu’il ne connaît pas les autres, poursuit-il. « Les questions subjectives, en entrevue, souvent ça ne passe pas. »

D’une franchise exemplaire et d’une grande fiabilité, les personnes autistes vont aussi avoir tendance à dire le fond de leur pensée et à relever les erreurs d’autrui, ce qui peut parfois irriter leur entourage, mais qui peut aussi devenir une force si on sait l’utiliser. Le Dr Laurent Mottron, psychiatre spécialiste de l’autisme affilié à l’Université de Montréal, se réjouit par exemple de cette faculté chez Michelle Dawson, une autodidacte en neurosciences, qui corrige avec une acuité phénoménale les articles scientifiques de l’équipe du Dr Mottron. « Elle assure une supervision de très haut vol et corrige énormément de nos erreurs », constate-t-il.

Pour le Dr Mottron, donc, il faudrait adapter l’emploi aux personnes autistes plutôt que de tenter d’adapter les personnes autistes à l’emploi. Récemment, une équipe de l’UQAM a démontré que 65 % des autistes généralement considérés comme des déficients intellectuels ont des capacités de résolution de problèmes comparables à celles d’élèves de classes régulières.

Pour Martin Prévost, cependant, il y a toujours autant de personnalités qu’il y a d’individus. Il croit d’ailleurs que tant les forces des personnes autistes que leurs faiblesses sont parfois surestimées. S’il est vrai que certaines personnes autistes peuvent se concentrer beaucoup plus longtemps que la moyenne sur certaines tâches fastidieuses, par exemple, d’autres s’ennuient profondément dans la routine
Avatar de l’utilisateur
peter62
 
Messages: 1045
Inscrit le: 07 Mai 2012, 22:24

Retourner vers emploi,revenus..

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invités



cron
Créer un forum gratuit avec Forumavie.com | Signaler Abus ! | Support Technique